Microbiote, immunité et fertilité

Le microbiote (ou flore microbiotique) est l’ensemble des micro-organismes – bactéries, virus, parasites, champignons – qui vivent dans notre corps : ils sont des millions et cohabitent en principe en se respectant les uns les autres.

Nous portons plusieurs flores microbiotiques en nous, toutes différentes mais qui cohabitent les une avec les autres : la flore de pulmonaire par exemple contient moins de bactéries que la flore cutanée quii est au contact de l’air.

De même, la flore de l’estomac et du duodénum (première partie de l’intestin grêle) contient peu de bactéries alors que la flore colonique (des trois colons appelé le gros intestin) pullule littéralement de millions de bactéries différentes.

Par ailleurs, chacune de ces flores possède son propre équilibre interne : les microorganismes présents au sein de la flore colonique sont tous très différents et pourtant se respectent et vivent en harmonie les uns avec les autres.

En bref, notre microbiote corporel contient un double équilibre :

– un équilibre entre nos différentes flores : chaque flore cohabite harmonieusement aussi avec les autres flores sans empiéter sur leurs platebandes

– un équilibre interne à chaque flore : les différents microorganismes d’une même flore cohabitent entre eux et sont également à l’équilibre.

Un peu comme un village de Schtroumpfs dans lequel tous les Schtroumpfs s’entendent bien et qui cohabite aussi avec d’autres villages de Schtroumpfs en parfaite harmonie (avouez que c’est plus parlant 😉

Zoom sur le microbiote intestinal

Le microbiote intestinal comporte quelques bactéries dans l’estomac, un peu plus dans l’intestin grêle et énormément dans le colon.

Si nous ne nous nourrissons pas correctement, deux déséquilibres peuvent apparaître :

– le premier au sein de la flore de l’intestin grêle en elle-même : les différents types de bactéries dans l’intestin grêle ne sont plus à l’équilibre, la flore pathogène se multiplie alors qu’elle est néfaste en trop grand nombre et la flore commensale disparait alors qu’elle possède un rôle important dans notre digestion.

– le deuxième entre les flores de l’intestin grêle et du colon : si nous ne nourrissons pas notre flore colonique correctement (pas assez de cellulose de végétaux, notamment) alors ces bactéries seront affamées et vont se déplacer pour trouver des choses à manger ailleurs : elle va ainsi envahir notre intestin grêle et déséquilibrer totalement la flore qui s’y trouve.

Dans les deux cas le résultat est le même : notre flore ne fait plus son travail de digestion correctement provoquant des soucis intestinaux (gaz, ballonnements, ventre tendu, spasmes, développement de candidose…) et de la porosité intestinale (la membrane de l’intestin laisse passer des aliments qu’il ne devrait pas laisser passer).

Microbiote intestinal et immunité

Derrière notre barrière intestinale, se trouve du tissu immunitaire appelé plaques de Peyers : si notre membrane ne joue plus son rôle et laisse passer tout et n’importe quoi dans notre sang (aliments non transformés en nutriments par exemple), notre système immunitaire va se déclencher à chaque fois car il ne reconnaîtra pas cet élément qu’il considèrera comme un envahisseur qu’il doit dont détruire.

A chacun de nos repas, si barrière intestinale laisse passer trop d’éléments qui ne devraient pas passer, notre système immunitaire va se mettre en route pour défendre notre organisme.

En s’activant, le système immunitaire va relarguer des prostaglandines pro-inflammatoire et créer un stress récurrent : notre organisme sera donc soumis au stress quasi en permanence durant la journée et notre système immunitaire sera en permanence sur ses gardes pour le moindre élément : il ne saura plus comment faire pour se calmer et se déclenchera sans arrêt.

Et le lien avec la fertilité ?

Lorsque notre microbiote est déséquilibré et contient trop de bactéries pathogènes, celles-ci peuvent passer la barrière intestinale et se migrer vers la muqueuse utérine qui n’est séparée de notre intestin que pas une très fine paroi qui si elle est poreuse laisse tout passer. Ces mauvaises bactéries vont venir déséquilibrer la flore utérine.

Par ailleurs, quand notre système immunitaire est sans cesse activé, un stress récurrent se créé donc dans notre organisme. Or, les hormones sexuelles et les hormones du stress ont le même précurseur à savoir le cholestérol : si notre organisme est stressé et/ou inflammé en permanence, notre corps va penser qu’il est en danger : son objectif va donc être de combattre ce stress pour « survivre ». De ce fait les hormones sexuelles seront produites en moindre quantité entravant ainsi la fertilité.

Enfin, lorsque nous tombons enceinte notre système immunitaire va naturellement se relâcher un peu pour accepter cet être humain qui n’a pas le même patrimoine génétique que nous (il n’en a que 50%) : le corps est donc bien fait et notre immunité baisse un peu pour ne pas rejeter le bébé et le placenta.

Pour que le corps puisse réaliser cela, il faut que notre système immunitaire soit serein pour accepter de baisser sa garde : si il est toujours en train d’agir à cause d’un microbiote non équilibré il aura des difficultés à faire cela et le fœtus pourra moins bien rester dans la cavité utérine de la maman entraînant malheureusement ainsi un risque de fausse couche.

En résumé :

Tout est lié dans notre corps et les réactions en cascade de ce type sont nombreuses.

Et on en revient très souvent au microbiote intestinal dont l’équilibre est primordial pour notre santé générale.

Alors bichonnons-le, prenons soin de lui et de toutes nos petites bactéries & co qui vivent à l’intérieur de nous !

Pour cela une alimentation riche en légumes, fruits, protéines assimilables et bon gras sont primordiaux sans oublier des féculents digestibles et de qualité.

Et si vous êtes en dysbiose (gaz, ballonnements, ventre gonflé et tendu après mangé, spasmes…) ? Un naturopathe peut vous aider à rétablir cet équilibre en douceur et de manière durable !

Positivement et naturellement vôtre,

Emilie

Articles similaires