Le jeûne Buchinger

Imaginée par le docteur Otto Buchinger et expérimentée en Allemagne, cette méthode de jeûne est aujourd’hui encore pratiquée au sein des cliniques Buchinger au bord du lac de Constance et a inspiré de nombreux centres de jeunes et randonnées à travers le monde dont le centre de jeûne et randonnées [Bölling] avec lequel je collabore depuis le mois d’août dernier.

Durant ce type de jeûne, deux types de boissons sont autorisés en dehors de l’eau et des tisanes qui se consomment à volonté (youhou😆) : les jus de fruits et les jus de légumes.

  • 1/4 de jus de fruits biologique sans sucres ajoutés dilué dans de l’eau le matin

  • 1/4 de litre de bouillon de légumes biologique le soir

Le jeûne Buchinger

Pourquoi ?

Parce que cette combinaison apporte un peu de sucre et des minéraux. Le sucre participe à fournir de l’énergie pour le travail de détoxination. Quant aux minéraux, ils permettent d’alcaliniser le corps et d’éviter une déminéralisation.

Certaines personnes préfèrent pratiquer le jeûne sans boire des jus estimant que seul le corps doit officier dans son travail de détoxification : cela correspond à une vision plus hygiéniste du jeûne qui consiste à laisser le corps totalement au repos pour ce réparer (ce type de jeûne ne comprend, en règle générale, pas de randonnées non plus car le corps ne doit pas être sollicité pour permettre à toute l’énergie corporelle de se concentrer sur l’autolyse et l’évacuation des toxines du corps.)

À chacun de trouver la méthode qui lui convient en fonction de sa force vitale, de ses buts et de sa conscience corporelle.

Personnellement, j’ai beaucoup de plaisir à collaborer dans l’organisation de [stages] jeûnes et randonnées qui suivent la méthode Buchinger et dans lequel les jeûneurs apprécient de boire ces jus qui les aident.

Ils n’empêchent selon moi pas la détoxification du corps mais permettent un soutien à l’organisme qui subit tout de même un stress pendant la durée du jeûne.

Mais plus que cela, la méthode Buchinger repose sur 7 piliers principaux :

  • Le repos ➡️ calme, silence et détente sont les alliés du jeûneur : j’ai moi-même remarqué durant mon jeûne que j’étais bien plus sensible au bruit et que le silence me rechargeait car il permettait d’être dans un environnement serein qui m’apaisait.

  • Activité physique en proportion adéquate par rapport à la vitalité : cette activité physique permet de solliciter nos muscles et donc de limiter la perte protéique durant le jeûne (le corps ira plutôt puiser dans les graisses) ➡️ la marche active ou randonnée dans la nature est toute indiquée dans ce cas.

  • La stimulation des processus d’élimination : le but du jeûne étant de detoxifier notre organisme, nos portes de sortie (foie + reins, poumons, peau) doivent fonctionner pour permettre cette expulsion ➡️ l’activité physique activera donc les poumons et la peau et les tisanes (romarin, pissenlit…) soutiendront le complexe foie + rein dans leur tâche 😉

  • Hygiène intestinale via les lavements : pour éviter les résidus alimentaires dans le système digestif (qui peuvent provoquer le sentiment de faim) ainsi que limiter la porosité intestinale qui peut se créer, pratiquer le lavement lors du jeûne (au moment de la purge puis 3 jours après avoir commencé) peut aider. Je n’ai personnellement pas appliqué cette méthode car je n’en ressentais pas l’envie ni le besoin ➡️ écouter son corps demeure important en toute circonstance !

  • Thérapie de soutien : les massages, les techniques respiratoires peuvent aider à la détente (donc faire baisser le niveau de stress de l’organisme) ce qui est fortement appréciable 😌

  • L’encadrement thérapeutique médical pour les jeûnes longs (plus de 10 jours) : et oui un jeûne n’est pas anodin on ne le répétera jamais assez 🙂

  • La pratique de la méditation : lorsque l’on ne nourrit pas notre corps physique, nous percevons plus facilement que d’autres choses nous constituent comme l’énergie par exemple. Surnommée la « gastronomie de l’âme », la pratique de la méditation aide à détendre son corps et son esprit durant cette période particulière 🙂🙏

Bien entendu vous n’êtes pas obligé de respecter tous les principes durant votre jeûne : le plus important pour moi lors d’un jeûne étant d’être à l’écoute de soi, de son corps, de ses sensations afin d’éviter de se mettre en danger.

En effet tenir un jeûne « au mental » alors que notre corps nous dit stop est une véritable erreur car nous mettrons énormément de temps à nous en remettre postérieurement à celui-ci.

C’est pourquoi, je recommande à toute personne qui souhaite se lancer dans l’aventure pour la première fois de prendre contact avec un naturopathe ou un centre de jeûne et randonnées qui évaluera si vous avez l’énergie nécessaire pour jeûner et si vous ne faites pas partie des personnes pour lesquelles le jeûne est interdit (femmes enceintes et allaitantes, diabètes de type 1, maladies de type ulcère, présence d’anorexie… Liste non exhaustive) et de pratiquer le jeûne dans un centre agréé 🙂.

L’ambiance et l’effet de groupe sont un formidable moteur qui aident à bien vivre ce moment, j’en ai fait l’expérience cet été !

Le jeûne possède de multiples bienfaits lorsqu’il est pratiqué de manière consciente et adaptée à nos propres ressources personnelles.

Mais ce n’est ni défi ni un but en soi.

On ne jeûne pas pour jeûner où se prouver quelque chose mais parce qu’on souhaite faire du bien à son corps durant la période la plus en adéquation avec nos réserves d’énergie.

Cela peut être 1 semaine comme moins comme plus ou pas du tout. N’oubliez pas nous sommes tous différents et c’est ça qui crée la richesse de notre monde.

Positivement et naturellement vôtre

Émilie

Articles similaires